Actualités http://www.ffie.fr/ Actualités fr Actualités http://www.ffie.fr/favicon.ico http://www.ffie.fr/ 32 32 Actualités TYPO3 - get.content.right http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss Fri, 12 Jul 2019 13:09:24 +0000 Mieux nous connaître http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/mieux-nous-connaitre/ Chiffres et missions de la FFIE Vous trouverez ci-dessous notre plaquette institutionnelle ainsi que les chiffres clés de la FFIE :

Téléchargez la plaquette ici

Téléchargez nos chiffres ici

]]>
Dossiers thématiques Wed, 29 Aug 2018 09:37:28 +0000
Le BIM, un atout pour les électriciens ? http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/le-bim-un-atout-pour-les-electriciens/ Tout savoir sur le BIM et sa mise en oeuvre pour les électriciens ici]]> Dossiers thématiques Thu, 01 Mar 2018 07:52:00 +0000 Transition énergétique des bâtiments communaux http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/-06c4462a90/ Consultez la synthèse de l'étude CODA sur les bâtiments communaux ici]]> Dossiers thématiques Thu, 15 Jun 2017 07:24:00 +0000 Amendement 5 : les nouveautés de la NF C 15-100 http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/logement-quelle-norme-appliquer/ L’amendement 5 à la NF C 15-100 est paru le 27/06/2015. Il modifie la norme en ces termes...
L’amendement 5 à la NF C 15-100 est paru le 27/06/2015. Il modifie la norme en ces termes :
  • Suppression de la partie 7-771 (plus applicable à compter du 27/11/2015), 
  • Suppression de la partie 7-772 (plus applicable à compter du 27/11/2015),
  • Evolution de la partie 7-701 «Locaux contenant une baignoire ou une douche»,
  • Création d’un nouveau Titre dans la norme en complément des Titres 1 à 7 : Titre 10 - « Locaux d’habitation ». Ce titre est composé de deux parties :
  1. La partie 10.1 : « Installations électriques à basse tension dans les parties intérieures des logements et parties privatives situées dans les PARTIES COMMUNES » qui intègre également les dispositions relatives aux locaux contenant une baignoire ou une douche (copie des dispositions de la partie 7-701),
  2. La partie 10.2 : « Installations électriques à basse tension dans les PARTIES COMMUNES des immeubles collectifs d’habitation ».
  • Transfert des dispositions normatives relatives à la communication dans un nouveau Titre en complément des Titres 1 à 7 : Titre 11 – « Réseaux et tableaux de communication dans les locaux d’habitation »,
  • Intégration des fiches d’interprétation suivantes : F24, F25 et F28, ainsi que le rectificatif d'octobre 2010. Ces fiches d’interprétation et le rectificatif restent applicables jusqu’à la date d’effet du présent amendement. Les fiches d’interprétation F11, F15, F17, F21, F22, F23, F26, F27 restent applicables et seront intégrées lors d’une prochaine révision.
Les dispositions de l’amendement 5 sont applicables aux ouvrages dont la date de dépôt de demande de permis de construire, ou à défaut la date de déclaration préalable de construction, ou à défaut la date de signature du marché, ou encore à défaut la date d’accusé de réception de commande est postérieure de 6 mois par rapport à la date d'homologation (le 27/05/2015).
Réglementairement, les installations électriques des bâtiments d’habitation neufs sont toujours soumises à l’arrêté du 22 octobre 1969.
Aussi, « Les installations électriques des bâtiments d'habitation doivent être conformes aux dispositions des normes NF C 14-100 et NF C 15-100 en vigueur au moment de la demande de permis de construire ou de la déclaration préalable de construction. »
Sur le fond, la partie 10.1 « Installations électriques à basse tension dans les parties intérieures des logements et parties privatives situées dans les PARTIES COMMUNES » de l’amendement 5 à la NF C 15-100, fixe de nouveaux quantitatifs pour les matériels et appareillages électriques. Ils se substituent à ceux de la partie 7-771. Ci-dessous un aperçu des principales évolutions :  Quantitatif minimum

ECLAIRAGE

Désignation / localisation

Quantité minimale

 

Pour les pièces principales et de service, chaque dégagement (a)

Un point d’alimentation d’éclairage au moins.

 

Pour l’extérieur, pour chaque entrée principale ou de service communiquant directement avec le logement

Un point d’alimentation d’éclairage au moins (pouvant être issu d’un circuit d’éclairage intérieur).

 

Chaque local équipé de point d'éclairage.

 

Au moins un circuit de commande. Le dispositif de commande du local doit être fixe et peut être du type manuel ou automatique.

PRISES DE COURANT

Désignation / localisation

Quantité minimale

 

Chambre

 

Trois socles de prises de courant 16 A 2P+T, répartis dans la pièce

 

Séjour jusqu'à 28 m²

Un socle de prise de courant 16 A 2P+T par tranche de 4 m2 de surface, répartis dans la pièce avec un minimum de cinq socles. Ainsi, pour un séjour entre 24 m² et 28 m2, il est nécessaire de prévoir sept socles.

 

Séjours supérieurs à 28 m²

 

Le nombre sera défini en accord avec le maître d'ouvrage et/ou l'usager, avec un minimum de sept socles (voir 10.1.3.3.2 Nombre minimal par pièce).

 

Cuisine

Six socles de prises de courant 16 A 2P+T non spécialisés, dont quatre sont à répartir au-dessus du (ou des) plan(s) de travail ; pour le cas d'un îlot central, ces prises peuvent être aussi sur un plot ou une crédence solidaires de l'îlot. Dans le cas particulier des cuisines de surface inférieure ou égale à 4 m², il est admis de ne prévoir que trois socles de prise de courant.

Lorsque la cuisine est ouverte sur le séjour, la surface du séjour est considérée comme étant égale à la surface totale du local moins 8 m².

 

TABLEAU ELECTRIQUE

Désignation / localisation

Quantité minimale

 

Dispositif différentiel

Deux minimum au tableau

 

Circuits spécialisés

Quatre circuits spécialisés au moins doivent être prévus :

· un circuit spécialisé pour l'alimentation de la cuisinière ou de la plaque de cuisson seule,

(boîte de connexion ou socle de prise de courant 32 A en monophasé ou 20 A en triphasé),

· trois circuits spécialisés 16 A 2P+T au moins en prévision de l’alimentation d’appareils du type :        

- lave-linge, 

lave-vaisselle,

- sèche-linge,

- four.

 Un circuit dédié aux six prises de courant de la cuisine doit également être prévu.

 

 a : une pièce principale est une pièce d’un logement qui est soit un séjour (salon, salle à manger), une chambre ou un bureau. Une pièce de service est pièce d’un logement qui n’est ni une pièce principale,  ni un dégagement, ni une circulation.  Quantitatifs maximum

TABLEAU ELECTRIQUE

Désignation / localisation

Quantité maximale

 

Dispositif différentiel

8 circuits maximum sous un dispositif différentiel.

CIRCUIT PRISES

Désignation / localisation

Quantité maximale

 

Nombre de socles de prises de courant 16 A 2P+T alimentés par un même circuit est

limité à :

 

 

 

  • huit lorsque la section des conducteurs du circuit est de 1,5 mm2 cuivre,

  •  douze lorsque la section des conducteurs du circuit est de 2,5 mm2 cuivre,

  •  six pour les socles de prises de courant non spécialisés de la cuisine ; ces socles sont alimentés par circuit dédié avec des conducteurs de section 2,5 mm2 cuivre ; les prises de courant complémentaires éventuelles peuvent être alimentées depuis un circuit prises de courant, extérieur à la cuisine.

 

 

 Pour commander l'amendement 5, cliquez ici.

]]>
Dossiers thématiques Tue, 30 Jun 2015 06:29:00 +0000
Marché de l'installation électrique 2010-2013 http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/marche-de-linstallation-electrique-2010-2013/ La FFIE publie une étude sur les composantes du marché de l'installation électrique réalisée par... Consulter l'étude ]]> Dossiers thématiques Fri, 06 Mar 2015 14:20:00 +0000 La RT 2012, qu'est-ce-que c'est ? http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/rt-2012-suivez-le-guide/ Cette nouvelle réglementation nous concerne tous. En quelques mots, voici tout ce qu'il faut savoir... LA RT 2012, QU’EST-CE QUE C’EST ?
C’est une réglementation thermique et énergétique qui concerne tous les bâtiments neufs. Applicable depuis le 1er janvier 2012. Elle vise les maisons individuelles, collectives et bâtiments administratifs. Si le prix du pétrole a été le premier leitmotiv pour la création d’une réglementation thermique, c’est surtout l’élévation de la température du globe qui a fait prendre conscience aux instances gouvernementales de chaque pays que notre planète souffre du réchauffement climatique. L’objectif initial est la réduction de la consommation du pétrole. L’enjeu majeur est maintenant l’abaissement des émissions de CO², producteur de gaz à effet de serre.

LA RT 2012, SES OBJECTIFS ?

Moins consommer, c’est produire moins de CO². La RT 2012 demande de renforcer l’isolation, d’utiliser les ressources naturelles et de maitriser sa consommation. De plus, elle sensibilise, informe les utilisateurs pour transmettre un message vertueux qui nous incite en tant que consommateurs à avoir les bons réflexes.

LA RT 2012 COMMENT ?

La RT 2012 prend en compte les épaisseurs de l’isolation, du vitrage des fenêtres, les ponts thermiques, l’exposition solaire des pièces, les scénarios d’occupation des pièces, la végétation extérieure, l’environnement, l’altitude et aussi de la localisation géographique pour obtenir une déperdition thermique la plus faible possible par rapport à un objectif fixé par calcul. La réglementation s’appuie sur des exigences de performance et l’obligation d’installer un appareil EnR (Energie Renouvelable). 1 -Une exigence de consommation électrique maximale à ne pas dépasser. Choisir des appareils qui consomment peu permet de répondre entre autre à cette exigence 2 -Une exigence d’un bâti économe, image qualitative de l’isolation. Si les fenêtres sont en double voir triple vitrage, la performance de déperdition du bâti en sera améliorée. 3 -Une exigence de Température de Confort d’Eté qui garantit une fraicheur intérieure pendant les périodes chaudes de l’été. Des stores d’occultation se positionneront automatiquement l’été pour bloquer l’apport de rayons solaires.

LA RT 2012 EN PRATIQUE

L’installation d’une Energie Renouvelable passera, soit par l’installation d’un panneau solaire pour l’eau chaude sanitaire, d’un chauffe-eau thermodynamique, soit par des panneaux photovoltaïques. Le chauffage électrique, qui est très pénalisé par la réglementation, peut être recommandé. Une solution alternative consiste à améliorer le bâti pour garder la souplesse du chauffage électrique. Par exemple, installer un isolant plus performant augmente la performance énergétique du bâti. La performance thermique d’un bâtiment dépend de ses caractéristiques d’isolation mais aussi de son étanchéité à l’air. Un test est réalisé à la fin de la construction pour déterminer si la perméabilité à l’air ne dépasse pas le seuil de 0.6m3/h.m². Ce test est l’image qualitative de la mise en œuvre des matériels (absence de joint, équerrage mal réalisé, bande d’étanchéité mal posée…). Il ne faut pas oublier qu’une ventilation de qualité garantit un renouvellement d’air optimum et préserve la perte inutile de calories. Le consommateur dispose d’une information de consommation d’énergie disponible sur afficheurs à l’intérieur de son habitation, et dans un futur proche, sur une tablette ou smartphone.

QUELS BENEFICES POUR LE CONSOMMATEUR ?

C’est une réglementation qui a un surcoût à la construction mais l’utilisateur profitera rapidement de son investissement. A court terme par le confort et le bien être intérieur de son logement. La température en hiver est douillette, en été suffisamment agréable et une ventilation apporte un renouvellement d’air adapté. Sur le long terme, de par la faible consommation en énergie, les factures seront très mesurées. Avoir un habitat labellisé RT 2012 est un gage de qualité. La RT 2012 est une démarche d’efficacité énergétique, chaque citoyen devient un acteur actif qui, grâce à ses indicateurs de consommation, peut modifier son comportement quotidien.]]>
Dossiers thématiques Tue, 23 Sep 2014 14:47:00 +0000
Comment brancher son véhicule électrique à domicile ? http://www.ffie.fr/nc/actualites/focus/detail/article/irve/ Vous venez d’acquérir un véhicule électrique ? Vous envisagez de le faire ? Vous vous posez des... Vous venez d’acquérir un véhicule électrique ? Vous envisagez de le faire ? Vous vous posez des questions sur les moyens à mettre en œuvre pour assurer sa recharge? Vous souhaitez rouler électrique, recharger en toute tranquillité, vous raccorder en toute sécurité ? Pour cela, il existe de nombreuses solutions pour différents budgets. Les quelques réponses ci-dessous permettront de mieux répondre à votre besoin.

On associe souvent le véhicule électrique à une IRVE. Qu’est-ce qu’une IRVE ?

C’est une infrastructure de recharge pour véhicules électriques ou hybrides rechargeables. Elle est indispensable pour assurer la recharge des batteries des véhicules. Une IRVE comprend le dispositif de raccordement au bâtiment ou à l’infrastructure extérieure, (exception faite du cordon mobile fourni avec le véhicule), les câbles de l’installation acheminant le courant alternatif ou continu, ainsi que les protections électriques, les éventuels dispositifs de stockage et autres systèmes de gestion, de comptage ou de pilotage.

Puis-je me recharger n’importe où ?

Cela dépend des prescriptions du constructeur du véhicule que vous utilisez. Pour faciliter la mobilité, pouvoirs publics, installateurs électriciens, fabricants de solutions de recharge, constructeurs automobiles … se sont mobilisés pour mettre en œuvre de multiples solutions permettant la recharge. Elles sont adaptées aux véhicules commercialisés actuellement ainsi qu’aux batteries qui les équipent. Pour recharger un véhicule électrique en complément des bornes disposées sur l’espace public, il est primordial de s’équiper d’une IRVE. Toute IRVE doit être installée par un installateur électricien conformément aux dispositions du guide AFNOR C 15-222/17-222.

Modes de recharge, types de recharge, temps de recharge : comment s’y retrouver ?

Il faut distinguer les modes des types de recharge. Les modes de charge sont au nombre de quatre. Pour la recharge en courant alternatif, il existe 3 modes de charge (mode 1, 2, 3) utilisés avec différents modèles de prises. L’avantage du mode 3 est de permettre le « dialogue » entre le véhicule et l’IRVE. On peut grâce au mode 3 piloter sa recharge ou encore ses consommations, ce que ne permettent ni le mode 2, ni le mode 1. Pour les véhicules permettant une charge en courant continu, le mode 4 est le mode adapté. Le temps de charge d’un véhicule électrique varie de 20 minutes à 8 heures. La recharge normale correspond à une recharge en 8 heures d’un véhicule. La recharge se fait à une puissance maximum de 3,7 kVA. Au-dessus de cette puissance et jusqu’à 22 kVA la recharge est dite accélérée. Le véhicule se charge en 1 ou 2 heures. Pour une charge entre 20 et 30 minutes, on parle de recharge rapide. Cela correspond par exemple à des recharges de puissances 43 kVA en alternatif ou 50 kVA en continu.

Comment raccorder mon véhicule ?

Votre véhicule électrique doit être raccordé par l’intermédiaire d’une prise (en mode 1, 2 et 3) ou d’un cordon fixe relié à une borne (mode 3 en charge rapide ou accélérée et mode 4). Pour un raccordement en monophasé en mode 2, il faudra prévoir d’installer une prise : - conçue pour la charge des véhicules électriques ; - conforme à la norme NF C 61314 ; - et disposant en façade du marquage « véhicule électrique » exigé par le guide AFNOR pour la différencier des autres prises. Il ne s’agit pas de prises équipant par exemple les pièces d’un logement mais véritablement de prises adaptées aux cycles de recharge des véhicules électriques. En mode 3, la prise type 2 est désormais le standard adapté à tous les pays de l’Europe. Une autre solution consiste à se raccorder par l’intermédiaire d’une borne répondant à la série de normes IEC 61851. En fonction des marques et des modèles, ces bornes peuvent être équipés d’une ou de plusieurs des prises, ou de cordons équipés de connecteurs. Ces connecteurs sont soit de type 2 ou adaptés à la recharge en courant continu (standards COMBO 2 ou CHAdeMO). Ces matériels distribués exclusivement aux professionnels sont accessibles à tous par l’intermédiaire d’un installateur électricien.

Je dispose d’une IRVE, je souhaite y apporter des services additionnels. Que puis-je envisager ?

Parmi les solutions les plus fréquemment mises en œuvre on retiendra le pilotage, la gestion d’énergie liée aux véhicules électriques, l’information des conducteurs en temps réel sur l’état de la charge et les prévisionnel de charge (web et/ou locale), le délestage, le contrôle d’accès, les dispositifs permettant l’optimisation des emplacements, la mise en œuvre de moyens de paiements, les systèmes de supervision (gestion centralisée, gestion des temps de stationnement), la gestion des réservations, … Trouver la solution la plus adaptée passe par le savoir-faire d’un installateur électricien. Alors n’hésitez pas à recenser vos besoins et à prendre contact. En matière de recharge, la réglementation exige depuis 2012 de prévoir l’insta

Que dit la réglementation ?

En matière de recharge, la réglementation exige depuis 2012 de prévoir l'installation d’IRVE pour tout bâtiment neuf à usage principal de bureaux mais aussi pour les bâtiments d’habitation collectifs. Ainsi le décret 2011-873 du 25 juillet 2011 exige-t-il notamment la mise en place d’un dispositif de comptage, l’alimentation depuis les services généraux, la mise en place de fourreaux et de chemins de câbles, système de mesure permettant une facturation individuelle des consommations, … A noter qu’à compter du 1er janvier 2015, cette réglementation s’applique également aux bâtiments existants à usage de bureaux ainsi qu’aux bâtiments collectifs d’habitations existants.
]]>
Dossiers thématiques Tue, 23 Sep 2014 14:45:00 +0000