Formation continue

La formation continue permet à tous les salariés d’évoluer professionnellement et de développer leurs compétences tout au long de leur vie.

Les actions de formation sont définies dans le cadre du plan de formation établi par l’entreprise, qui  comprend deux types d’actions distinctes :
• les actions d’adaptation au poste et les actions de formation liées à l’évolution de l'emploi ou qui participent au maintien dans l’emploi,
• les actions de développement des compétences.

La répartition des actions du plan de formation a pour objectif une meilleure individualisation de la formation. Elle suppose de rapprocher l'objectif de la formation et la qualification du salarié au moment où il suit la formation.

Le plan de formation peut être réalisé à partir de l’entretien professionnel qui a lieu tous les 2 ans avec chaque salarié. L’entretien professionnel doit permettre au salarié d’élaborer son projet professionnel, à partir de ses souhaits d’évolutions, de ses aptitudes et en fonction de la situation de l’entreprise. C’est le lieu de discussion et d’émergence des actions de formation, à mettre en place au titre du plan de formation, comme du droit individuel à la formation.

La formation continue se réalise sous différentes formes :

  • Formations dans le cadre du Plan de Formation
    C’est le type de formation le plus fréquemment mis en œuvre dans les entreprises. Le suivi d’une formation adaptée (technique ou généraliste de type CACES, travail en hauteur…) permet de répondre à un besoin identifié dans le plan de formation. Les formations peuvent être d’un jour à plusieurs semaines, selon la technicité nécessaire.
  • Période de professionnalisation
    Ce mode d’accès à la formation en alternance permet aux salariés déjà en poste d’acquérir une qualification ou d’améliorer leurs compétences, et de favoriser ainsi leur maintien dans l’emploi. La formation allie à la fois des enseignements généraux, professionnels et technologiques et l'acquisition d'un savoir-faire dans l'entreprise, d'activités en relations avec la qualification préparée.
    Elle ne concerne que les CDI et vise en priorité les salariés ayant des qualifications insuffisantes au regard des évolutions technologiques et organisationnelles, les salariés de moins de 30 ans, les travailleurs handicapés…
  • Contrat de professionnalisation
    C’est un contrat de formation en alternance qui permet de recruter et de former des jeunes salariés.
    Il est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire, et aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus. Il prend la forme d’un CDD ou d’un CDI, avec une rémunération en pourcentage du SMIC.
  • Droit Individuel à la Formation (DIF)
    Le DIF permet aux salariés de cumuler chaque année un crédit d'heures de formation (20 heures par an cumulables sur 6 ans) à utiliser, à leur initiative, après accord de l'employeur sur le choix de l'action de formation.
    Le DIF peut être utilisé par le salarié dans le cadre d’un projet de formation commun, rencontrant l’intérêt de l’entreprise et du salarié.
    L’accord formation du BTP du 13 juillet 2004 prévoit dans son article 7.3 alinéa 3 que : « les actions de formation au titre du DIF peuvent être réalisées en utilisant les droits acquis avec les autres moyens d’accès à la formation continue (périodes de professionnalisation, plan de formation…).
    A ce titre, des combinatoires entre DIF et plan de formation ou DIF et période de professionnalisation peuvent être envisagées.
    Le DIF concerne tous les salariés, en CDI ou en CDD, à l’exclusion des contrats d’apprentissage, de professionnalisation, les stagiaires et les gérants non salariés.
     

La prise en charge financière des formations continues se fait à travers les 3 organismes qui gèrent les fonds de la formation continue des entreprises du Bâtiment :
  - FAF.SAB, pour les entreprises de moins de 10 salariés.
  - OPCA Bâtiment : pour les entreprises de 10 salariés ou plus. Sauf exception, la formation doit durer au moins 1 jour. la formation doit durer au moins 1 jour.
  - FAF.CEA, pour les artisans et leurs conjoints collaborateurs.